Las istorias de dracs



La primèra istoria :

Al sègle XVI, los consuls de Cahors decidigueron de construsir un tresen pont sus lo Lot don la longor es de 172 metres et de 6 metres de larg. La primier peirra foguet pausada lo 17 de junh 1308 pel primier consul, Géraud de Balandras.Lo pont s'acabèt entre 1355 e 1378. Sona tanben " Pont du Diable" o "Pont de Balandras" en Occitan.

La legenda conta que lo bastidor arribia pas a acabar lo pont sonnet lo drac e faguèt un pacte amb el contra son alma lo trabalh
acabat. Mas se lo diable per una rason quin que sia volia pas acabar son trabalh, l'arquitect gardria son alma. Lo trabalh anèt lèu e un cop lo pont fach l'architect començèt de se far de lagui per son alma. Sosquèt e menèt un crivèl a son formidable associatat e li demandèt : " Mon amic, m'as plan ajudat e te demandi de prene aquel crivèl, daissa-lo coma es e emplena-lo d'aiga e porta-lo als maçons per desprentar la cauç. " Lo diable comprenèt que l'arquitect l'avia enganhat . Lo diable cridèt seba e per se venjar, cada nueit lo diable auria fach tombar la peira darnièra de la torre centrala, coma aquo los trabalhs foguèron jamai acabats.



La segonda istoria :

Lo filh d'una paura femna naquèt coiffat e li prediguèran qu'esposara la filha d'un rei tre qu'aura quatorze ans. Lo rei, que passèt al villatge, qu'aprenguèt aquela istoria se presentèt als parents e lors demandèt, en escambi de força moneda de li balha lo pichot. Lo rei despausèt lo nenon dins una boita e l'escampèt dins lo riu. Mas la boita piquèt pas, mas anèt fins al molin, ont un molinier lo tornèt pescar. Descobrissant lo nenon, corèt lo mostar al patron, que, amb sa femna, decidiguèron de l'elevar.
D'annadas aprèp lo rei passèt per assart al molin. Aprep aver interrojar lo molinier compreguet cal era lo pichot. Alara prometet als moliniers de balhar doas peças d'aur a lor protejat se aquel portava un messatge a la reina. Rediget lo messatge e diguèt que lo portava aquel messatge devia esser tugat sul pic, puei lo balhèt al drole que partiguet. Dins la forest se perdiguet e arrivet a un ostalot piquet e una femna vielha li obriguet. La vielha l'assaventèt qu'aquel ostal èra un reperi de raubaires e que se lo vesson aqui l'anan tugar. Lo drole cansat dormiguet sul pic.

Los raubaires tornèron, lo vengèron, e interrogèron la femna que li lor diguèt qu'èra portaire d'una lettra per la reina. Legigueron la letra e s'esmodèron e la remplacèron per una que dis que la filha del rei dèu essèr balhada en maridatge sul pic al messagier.
Lo daissèran dormir e, al matin, un cop desrevelhat li tornèran la letra e lo drole partiguèt. Arrivat en ço de la reina, tre que legiguèt lo message lo maridatge arribèt en co de la reina, qu'ora legiguèt lo messatge, las nocas foguèron celebradas. Los joves maridats eran huroses quant lo rei tronèt. Comprenguèt pas e demandet de legir la letra e veguèt que s'èra fatch engagnat. Lo rei decidiguèt alara deljove maridat que partes en enfer e que li porta tres pelsesd'aur del cap del drac.

Lo drole coifat accèptèt sa mission, e partiguèt. Arrivat a l'entrada de la villa,ont es arrestat per un garde li demandèt se pot dire perde que la font del villatge balha pas pus de vin coma ne balhava avant. Lo drole li diguèt que savia pas mas que se lo daissava passar, al tornar, li diria la solucion, lo garde acceptet e lo daissèt passar. Dins una autra villa un autre garde li demandèt se savia perdeque l'arbre que balha de pomas d'aur ne balha pas pus. Lo drole faguèt la meteissa promessa: al tornar, li diria tot. Arrivèt a un fluve que lo passaire li demandèt perde que èra passaire e que degun lo relevava, li diguèt encara d'esperar que torna... Un cop lo flume passat, se trapèt davant las portas de l'infèrt mais le Diable n'est pas là, et il ne trouve que la grand-mère de celui-ci, assise dans un fauteuil. Il lui explique ce qui l'amène. Elle l'avertit que si le Diable rentre et le trouve, il risque gros, mais promet tout de même de l'aider et, pour ce faire, elle le transforme en fourmi et le cache dans un pli de sa robe.

La formiga faisià part a la Grand del diable de las tres questions que li foguèron pausadas e la Grand li diguèt de plan escotar al moment ont arracharià los tres pels. Lo diable tronèt en ço el sul pic, sentiguèt la carn umana. Escarvèt dins totes los conhs mes trapèt res. Un cop qu'avia plan manjat e plan begut, lo diable pausèt son cap sus los genolhs de sa grand per que li cerca sos pesols. Tardèt pas a s'endormir e la grand n'en profitèt per li arracar un pel, aquo lo desrevelhèt bruscament. La vielha li expliquèt qu'avia fach un somi estranhan e que s'èra sans lo voler li avia tirar un pel. Li contèt alara son somi, la primièra question del drolle, ara formiga. Lo diable li expliquètElle raconte alors le rêve, qui est en fait la première question posée au jeune homme à présent transformé en fourmi. Le Diable explique que dans la fontaine se trouve un crapaud caché sous une pierre et que, si on le tuait, le vin se mettrait de nouveau à ruisseler. La grand-mère se remet à l'épouiller, attend qu'il s'endorme, lui arrache un deuxième cheveux, et lui pose la deuxième question. Le Diable explique qu'une souris ronge la racine de l'arbre et que, si on la tuait, l'arbre donnerait à nouveau des pommes d'or. Après arrachage du troisième cheveu, le Diable donne la réponse à la question du passeur. Celui-ci n'aurait qu'à jeter sa rame dans les mains de la première personne qui veut aller sur l'autre rive ; il serait libéré et l'autre devrait prendre sa place. Le Diable s'endort alors jusqu'au lendemain et, quand il s'en va, la fourmi sort du pli de la robe de la grand-mère, qui lui redonne son aspect initial. Il reçoit les trois cheveux d'or et rentre chez lui. Après avoir traversé le fleuve, il explique au passeur ce qu'il doit faire pour être délivré. Dans la ville au pommier, en récompense de la réponse, on lui offre deux ânes chargés d'or, et dans la ville à la fontaine, deux autres ânes également chargés d'or.

Le jeune homme né coiffé retrouve enfin sa femme. Quand le roi reçoit les trois cheveux d'or et voit les quatre ânes et leur précieux chargement, il se montre satisfait et estime que le jeune homme peut demeurer son gendre. Le roi lui demande cependant d'où vient tout cet or, et le jeune homme lui parle du fleuve qu'il a traversé et lui dit que, sur l'autre rive, l'or y est comme le sable : un passeur est là ; il suffit de se donner la peine de traverser et on peut alors se servir à loisir. En apprenant cela, mû par sa cupidité, le roi part sur-le-champ en direction du fleuve. Là, le passeur le fait traverser mais, dès qu'ils sont arrivés de l'autre côté, le passeur lui jette sa rame dans les mains et s'éclipse. À partir de ce moment, c'est le roi qui est obligé de ramer sans cesse d'une rive à l'autre, et c'est sans doute ce qu'il fait encore à présent.